INTERVENTION DU GROUPE LNC

La prise de conscience collective pour notre subsistance et pour la préservation de notre planète serait-elle devenue une réalité?
Serions-nous prêts maintenant à nous mobiliser autour de ces initiatives louables comme ces arrêtés municipaux qui proscrivent l’épandage de pesticides à moins de 150 mètres des bâtiments publics et des habitations?
Effectivement l’arrêté du Maire de LANGOET a très largement mobilisé sur son initiative mais peut-être davantage sur la décision de justice qui l’a suspendu.
Nous portons bien évidement ce vœu avec nos collègues tant l’urgence à légiférer est importante pour toutes les raisons invoquées dans sa rédaction.
Les carences de l’état et les responsabilités des gouvernements successifs dans cette affaire sont édifiantes.
Les élus LNC ont toujours milité pour l’abandon de pratiques révolues et la suppression des produits phytosanitaires.
Sur la commune nous étions très en avance par l’abandon de l’utilisation de ces produits sur les espaces publics et avons encouragé les Lanestériens à en faire de même.
Récemment, nous avons aussi apporté notre soutien à l’appel du collectif « Nous voulons des coquelicots ». Ce sont des démarches fortes et sans équivoque sur notre détermination dans ces choix de société.
Au-delà, il est de la responsabilité des élus d’agir et de hiérarchiser les priorités plutôt que de s’agiter à l’approche des périodes électorales.
C’est ainsi que nous avons œuvré avant tout à préserver les espaces agro-naturels et donc l’agriculture sur la commune à travers l’élaboration du SCOT mais aussi de manière plus fine par l’écriture de notre PLU.
Nous avons, dans le même temps conforté les liens et accentué le travail avec nos exploitants agricoles à travers notamment la charte de l’agriculture et de l’alimentation que nous avons décliné sur la commune par la mise en place d’un comité de pilotage local.
C’est d’ailleurs bien au sein de ce Copil que nous souhaitons aborder la question de l’épandage des pesticides en proximité des zones urbaines.
Nous le réunirons avant la fin de l’année avec une attention particulière mais aussi en donnant la possibilité à tous les acteurs concernés de s’exprimer, les associations environnementales mais aussi plus particulièrement les agriculteurs de la commune.
Ils sont sensibles au débat, ouverts au changement de comportements mais malheureusement captifs des modèles agricoles dont ils dépendent.
Je rappelle ici qu’ils se trouvent aussi confrontés aux conséquences de l’utilisation de ces produits pour en être parfois les premières victimes.
Nous avons cette double responsabilité, protéger les habitants mais aussi être à l’écoute des agriculteurs de la commune avec lesquels nous avons œuvré depuis le début du mandat.
Je rajouterais enfin qu’il relève de l’intérêt général de promouvoir les synergies devenues évidentes par l’activation de cette charte mais pas seulement.
En effet à travers le PAT du Pays de Lorient pour lequel nous sommes aussi très actifs nous avons mis en évidence le lien fondamental qui doit encore être consolidé entre notre restauration municipale et les producteurs locaux.
La fourniture et la consommation de produits de qualité, bio ou pas, issus de circuits courts et si possible des fermes de la commune nous permettraient peut-être un jour d’être unanimes face à des enjeux bien plus complexes qu’ils n’y paraissent.

Jean Yves LE GAL
Pour le groupe des élus LNC