Madame La Maire,
Chers adhérent(e)s et ami(e)s,
Mesdames, Messieurs.

Au nom du mouvement Lanester Nouvelle Citoyenneté, je vous remercie tous d’avoir ménagé, dans un agenda politique chargé, une petite place, ce soir, pour partager, en toute simplicité, notre intérêt pour la vie politique locale.
En cette année électorale, l’association sait, en effet, se faire discrète, derrière l’équipe de campagne du candidat qu’elle porte.
Néanmoins, soyez sûrs que son soutien bénévole est au rendez-vous de l’enjeu. Entre nappes et vaisselle, des plannings aux boîtes aux lettres, membres de l’équipe logistique ou militants, chacun se mobilise selon ses moyens.
Avec émotion et respect, je souhaite maintenant m’adresser, au nom de tous les adhérents, à Thérèse, notre Maire. Mobilisée, elle l’est aussi : réservée quand il s’agit de respecter l’autonomie de Gilles, notre candidat, présente, lorsqu’il est nécessaire de distinguer le projet qu’il porte, à gauche, de celui de notre principale adversaire, alignée sur les positions du gouvernement, constante, dans son attachement à permettre à chaque élu sortant de tenir ses engagements vis-à-vis des habitants.
Permettez-moi, désormais, de me tourner vers Gilles, le candidat d’une union civile et politique, à gauche, recherchée, travaillée, négociée, et finalement, aboutie.
Pour ne point lui dérober une de ses expressions favorites, je trouve l’union en politique assez proche de la coopération dans l’industrie. Les coopérants mettent en commun ce qu’ils savent chacun faire de mieux, quand les politiques choisissent leurs convergences. Dans le cas contraire, les deux n’ignorent pas les très grands risques du cavalier seul ou de la division.
A notre échelle locale, la division nous aurait exposés à la concurrence accrue de notre adversaire macroniste, respectable, certes, mais de droite néanmoins.
La division aurait également exposé toutes les formations républicaines à un impact local, accru, du Rassemblement National. Ce mouvement a allumé, ces dernières semaines, un signal d’alarme particulièrement puissant. Certes, nous avions tous déjà constaté sa capacité à diffuser des tracts, à organiser des réunions. Nous devons aussi intégrer la volonté de ses soutiens de se manifester, publiquement, à visage découvert.
Je fais fi de ces sombres nuages à l’horizon pour adresser aux adhérents de LNC et à ses sympathisants mes meilleurs voeux de joie et santé. Je souhaite à mes partenaires écologistes, régionalistes, socialistes de toutes générations, communistes un succès électoral à la hauteur de leur engagement. J’associe à cet espoir les membres de la société civile, qui nous ont fait confiance, puis rejoint dans cette campagne.
“Bloavezh mat d’an holl”

Bernard Le Blé, président